3 réflexes Sobriété numérique du webmaster averti

Alléger son site internet est un geste éco-responsable qui permet d’économiser des ressources et de l’énergie. L’équipe en charge de la publication des contenus peut agir au quotidien sur trois facteurs clés en la matière : les images, les documents et le code.

#1 : Optimiser le poids des médias

Les médias, en particulier les images, peuvent représenter près de la moitié du poids total d’une page web. Si votre CMS ne les compresse pas automatiquement, pensez à optimiser vos images en amont :

  1. Optez pour le format approprié (jpeg, png, svg, gif).
  2. Dimensionnez les images en fonction de leur taille d’affichage réelle.
  3. Compressez-les dans un outil d’édition ou un site gratuit en ligne.

Même motif, même punition concernant les documents PDF qui sont légion sur les sites Internet des entreprises. Ayez le réflexe de les compresser avant de les charger dans votre bibliothèque de médias. S’il s’agit d’un scan de document texte, pensez à la reconnaissance optique des caractères. Cela vous fera gagner de précieux kilo-octets.

#2 : Supprimer les ressources inutilisées

Une mise à jour en chassant une autre, on a vite fait de se retrouver avec des centaines de ressources obsolètes. Pages dépubliées, images inutilisées, documents hors d’âge… Chacune de ces ressources occupe de l’espace serveur pour rien.

Pour réduire la note (énergétique et financière), la première des bonnes pratiques consiste à écraser les documents lors des mises à jour, au lieu de les remplacer par une nouvelle version.

Si ce n’est pas possible, on trie régulièrement les fichiers de la médiathèque, on supprime au fur et à mesure ceux que l’on n’appelle plus sur les pages et on archive ce qui doit l’être sur un disque dur externe, moins coûteux et moins polluant.

#3 : Exploiter pleinement le design system mis en place

Un code simple, évolutif, condensé… en deux mots : bien pensé, c’est la garantie d’un site sain et peu énergétivore. Si le webmaster éditorial n’est pas à la manœuvre sur ces aspects, il peut y contribuer à plusieurs titres :

  • en utilisant au maximum les composants mis à disposition dans le site ;
  • en n’ajoutant pas de code dans les zones contribuables ;
  • en identifiant des pistes d’optimisation.

Établir un socle de règles de sobriété spécifiques à un site

La Qualité Web et la Sobriété numérique n’ont de valeur que dans la durée. Après avoir fait le bilan de l’existant et mené des actions correctives, il convient de mettre en place et pérenniser les bonnes pratiques.

Pour ce faire, on peut établir des check-lists, rédiger des guides de contribution et organiser des sessions de formation auprès des contributeurs réguliers et occasionnels du site.

Par la suite, on s’assure que les règles sont comprises et mises en œuvre au travers de contrôles Qualité réguliers.